Dernier jour à Sainte-Marine où nous faisons la connaissance de Jocéphile, un Phil 43, bateau moderne en contreplaqué construit par son propriétaire dans son jardin à Montfermeil en région parisienne. En compagnie de son épouse et de leurs deux enfants, Hadrien et Mathilde, ils sillonnent la région avant de partir en août direction les Canaries puis les Antilles...

Le vent étant toujours nord-ouest, impossible de passer le ras de Sein pour le moment et nous décidons de "re-monter" à Loctudy. Grâce à notre Passeport-escales, toutes ces nuitées sont heureusement gratuites, pourvu qu'on n'en prennent pas plus de deux consécutives, ni plus de cinq en tout par port. Retour donc à Loctudy. Loden va mieux : les multiples balades et randos nous ont valu une expédition en bus à Sainte-Marine jusqu'à Combrit, où un vétérinaire lui a tout de même extrait pas moins de 6 épillets, dont un qui avait créé un abcès, donc six jours d'antibiotiques, qui s'ajoutent aux antibio par gouttes dans les yeux pour traîter une conjonctivite. Le reste de l'équipage se porte à merveille.

Nous profitons de cette journée pour faire un petit avitaillement grâce aux vélos prêtés par la capitainerie. Et visitons Loctudy l'après-midi. Ce village est plein de charme avec un mélange de maisons de pêcheurs et de villas plutôt anciennes. Situé à l'embouchure d'une ria, il bénéficie d'une double orientation et d'un double paysage.

L'église est plutôt austère. Et une expo dans une chapelle adjacente nos apprend que le port de Loctudy s'est développé dans un premier temps grâce au commerce de la pomme de terre bretonne. C'est la pêche à la langoustine qui participera à son renom à partir des années soixante.

DSCF6341w

DSCF6343w

 

Phare de Loctudy vu du pont de Kalinka amarré à Loctudy.DSCF6354w

DSCF6355w

 

Depuis Belle-Ile, François attache l'annexe verticalement car un plaisancier malchanceux (?) a failli nous l'arracher en manoeuvant dans le bassin à flot de Palais. Son étrave s'est accrochée au bout qui tenait l'annexe et a failli tout arracher (seule une poignée a été endommagée : premier petit pb de l'été...).

Le lendemain, nous partons pour Lesconil à l'ouest de la pointe de Loctudy. Tout prêt à vol d'oiseau, ce petit port de pêche a opté désormais pour la plaisance. Nous faisons un large détour pour éviter les cailloux de plus en plus nombreux qui laissent augurer de ce qui nous attend à la pointe de Penmarc'h.

Nous tombons tous les trois sous le charme de ce petit bourg, lui aussi à côté d'une ria donc les circonvolutions forment quasiment une lagune à marée basse. Ici comme aux Glénan et le long de toute la côte sud du Finistère, le sable est fin, très blanc et l'eau cristalline. Ce petit port accueille seulement une trentaine de bateaux, tous visiteurs semble-t-il. Une capitainerie et des sanitaires installés dans des Algeco apportent tout le service nécessaire, toutes ces installations étant bien entendu entièrement démontées les mois d'hiver. L'un des deux capitaines du port (ils se relaient car la capitainerie est ouverte de 8h à 20h 7j/7) est un étudiant en géologie de Rennes, jeunot mais parfaitement efficace.

 

DSCF6359w

 

Le fond du port, le long du quai.DSCF6361w

 

De l'autre côté du terre-plein, la plage.DSCF6372w

DSCF6378w

 

Malheureusement, alors que nous nous baladons sur le quai d'en face, François repère un voilier hésitant, sans pare-battages- qui semble chercher une place. François n'a le temps que de l'interpeler, mais trop tard, ce navigateur du dimanche manque sa manoeuvre et cogne notre Kalinka sur tribord.

Inspection de la coque au retour, une belle rayure de plus...DSCF6379w

DSCF6381w

 

La côte est ornée de rochers erodés qui nous rappellent notre tombeau d'Almanzor piriacais. Certaines maisons se sont construites dans ce paysage somptueux.DSCF6386w

DSCF6393w

 

A peine à 500 m du port à l'ouest, ue petite crique nous tend la main. Nous ne manquons pas l'occasion, Alix et moi, d'un bon bain.DSCF6398w

DSCF6405w

 

Le soir, un spectacle de danse bigoudenne a lieu sur le port. Il fait un temps magnifique, c'est top !DSCF6418w

DSCF6419w

DSCF6430w

DSCF6432w

 

Nous décidons le jour suivant de louer une voiture afin d'aller visiter Penmarc'h et son phare d'Eckmuhl.DSCF6440w

DSCF6441w

La Pointe de Penmarc'h à grande marée basse.DSCF6445w

 

L'église de Penmarc'h avec son petit cheval usé par le sel et le vent.DSCF6463w

DSCF6464w

Entre Le Guilvinec et Kerity Penmarc'h, une plage de plusieurs km orientée au sud, bordée d'une dune nous rappelant Pen Bron. Baignade pour nous trois (Alix, Loden et moi), et balade dans la dune.DSCF6468w

DSCF6477w

Spectacle du retour de pêche au Guilvinec où une (ou deux ?) centaine de bateaux se succèdent dans le chenal et au quai pour débarquer la pêche du jour. Nus sommes installés sur la terrasse de la criée.DSCF6486w

DSCF6488w

Beaucoup de langoustines en ce moment... D'ailleurs, le poisson n'est pas cher ici. Nous avons acheté à Lesconil une belle arignée + un beau foie de lotte + un gros maquereau espagnol pour trois personnes pour seulement quatre euros !

DSCF6498w

 

De retour à Lesconil, nous faisons la connaissance de l'équipage de Jennaden, un plan Joubert tout jaune. Anne (instit'), François et leurs deux filles,Mathilde et Juliette. Ils remontent leur bateau d'Arzal à Tréguier (Côtes d'Armor). En effet, François parti de France a mené leur Jennaden jusqu'à l'Ecosse, les îles Feroe puis l'Islande et enfin le Groënland, pour redescendre ensuite vers le Canada et Les Etats-Unis où sa famille l'a rejoint pour une dizaine de mois. Il a ensuite ramené le bateau par les Açores. 

Nous voici tous à bord de Kalinka pour un apéro+dîner.DSCF6501w

 

Dès le lendemain 9 heures, Alix fonce à l'école de voile où elle  a insisté pour être inscrite pour la journée en cours de perfectionnement d'Optimist. La mer est un peu formée et le cours du matin a lieu dans le port, sous nos yeux. François admire sa fille qui se débrouille plus que bien. L'après-midi, ils vont en mer où des vagues de 2 mètres (dixit Alix) rendent les manoeuvres plus compliquées. Son moniteur nous confiera le soir qu'elle assure à bloc. Nous sommes trop fiers...
DSCF6517w

 

Cela fait presque quinze jours que nous attendons une bonne météo pour conquérir l'ouest de la Bretagne et passer le raz de Sein dans de bonnes conditions (surtout pour Alix que nous ne voulons pas dégoûter), mais ce n'est pas gagné... même si Alix entonne souvent le refrain "allez, on n'est pas des mauviettes !"